Le désert m'a toujours appelé, il m'a soufflé très jeune son secret, celui des délices du silence. Hier dans la neige, ce soir la terre rouge inspire mes pas. Quand je marche en silence dans le désert avec des touaregs, je suis admirative de la façon dont ils posent le pied sur le sol, comme si le sable les attendaient depuis toujours, cueillant le poids de leur corps sans même effondrer le sable sous leurs pieds. Ils volent pieds nus de dune en dune, sans essoufflement ou signes de fatigue. Ils marchent droits, resserrant leur bandeau de temps à autre, d'un grand geste en spirale autour de leur visage. Quand la nuit tombe et que la marche se poursuit, ils se connectent aux étoiles et continuent sereinement à avancer dans la pénombre, comme si l'univers était en eux, et qu'ils lisaient à livre ouvert le chemin des constellations.

Le silence et la nuit dans le désert sont magnifiques d'intensité. Ils nous relient instantanément à une grande humilité, celle du marcheur solitaire qui sans les touaregs, se perdrait en quelques pas ...

Tous Les Articles
×

Vous y êtes presque...

Nous venons de vous envoyer un e-mail. Veuillez cliquer sur le lien contenu dans l'e-mail pour confirmer votre abonnement !

OK