• La parole qui relie à la vie et au vivant

    "La parole qui guérit"

    La parole a un pouvoir créateur d'une grande puissance. De celle qui fait vibrer en l'exprimant et de celle qui touche en l'écoutant. Son pouvoir est équivalent à celui d'une graine qui peut faire germer dans l'esprit de l'autre, la joie, la paix, l'amour ou son contraire.

     

    Chaque esprit est fertile à sa manière à certaines paroles.

     

    Elle est l'expression même de l'être humain. Parler, c'est se dire. C'est partager au dehors ce qui est à l'intérieur. Elle n'est pas de parler sur l'autre, mais de parler vers l'autre. La parole imprime alors un passage de guérison. Guérison de soi, guérison vers l'autre car je m'exprime dans un souci d'attention à l'autre, de respect et d'intégrité.

     

    La parole relie à l'intérieur, différents niveaux de l'être. Quand la vérité de l'être s'exprime en reliant la pensée et le ressenti, celui-ci se sent entier, sincère et touche l'autre par son expression authentique. Il est dans l'ouverture, dans une attention particulière à ne pas exprimer juste des mots qui remplissent le silence, mais sa vérité. Cette parole permet de "re-devenir complet", de retrouver l'ordre et l'harmonie à l'intérieur, entre soi-même et l'environnement. Elle permet de mettre en relation, de "re-lier" les parties séparées, niées, oubliées, enfermées.

     

    La parole peut guérir le sens de l'existence ; l'être en souffrance ressent un faux sentiment de séparation qui est lié au rejet d'une partie de "soi". Cela va peu à peu s'inscrire dans le corps, les flux vont s'interrompre et le symptôme apparaître. Le souffle va se ralentir, l'apnée va guetter comme un secret à cacher.

     

    La parole libère l'être quand elle permet la synchronisation entre le dedans et le dehors, l'inconscient et la conscience, la tête et le reste du corps.

     

    Parler de guérison, c'est accepter de regarder le mal-être. La non expression nous rend craintifs, nous nous contractons, nous nous sentons isolés. Ce sentiment de séparation, de non amour nous affaiblit, notre niveau d'énergie baisse et nous avons moins de force de vie pour permettre notre état de santé naturel. Le fait de se sentir relié aux autres, dans la joie d'un moment de partage, représente une profonde source de guérison.

     

    Comment parler de la parole qui guérit sans évoquer le silence. Un silence fécond, un silence qui écoute. Nous vivons dans un monde où la verbalisation est la règle et le silence l'exception. Nous vivons au milieu d'un torrent de mots ; si bien que la valeur d'un silence partagé nous échappe le plus souvent. Nous ne savons plus au fond ce que représente la Parole, ni ce que signifie le Silence.

     

    Sans un espace entre les mots, les mots eux-mêmes seraient-ils compréhensibles ?

     

    Pourtant, nous sentons parfois que nous avons besoin du silence. La parole et le silence sont étroitement liés, comme l'inspire et l'expire dans le souffle. Le silence partagé est communion et nous permet de reposer, ensemble, dans notre humanité.

     

    Nous sommes des corps séparés les uns des autres, mais nos corps sont nourris par l'ensemble des inter-connections du réseau de la vie. De la même manière, notre conscience prend racine dans l'univers tout entier. La séparation est illusoire. C'est dans la nature qu'il est le plus facile de reconnaître cette connexion vivante : tout est dans tout.

     

    La parole permet de renouer le lien de fraternité. L'humanité ne signifie pas seulement être fils d'un père et d'une mère. Nous sommes fils et filles du Ciel et de la Terre, du Soleil et de la Lune, du Tout. Ceci implique égalité et altérité.

     

    Je ne peux être frère ou soeur et égal, que si j'accepte d'être autre dans ma personnalité et semblable dans mon humanité.

     

    Quand mon corps est plein de chacun de ces espaces, je peux me relier et devenir frère et soeur de l'humanité. Je suis au coeur de l'être, dans l'acceptation de cet "autre" et je peux t'accueillir.

     

    La parole est alors la semence d'un terreau individuel et collectif d'où peuvent jaillir des sources de vie.

     

     

    "Si les mots viennent de ton coeur, ils pénètreront les coeurs,

    mais s'ils viennent de ta langue, ils ne passeront pas au-delà des oreilles."

    Citation Soufie - "Al-Suhrawardi"

     

     

    Texte rédigé dans le cadre des 19ème Entretiens de Millancay,

    pour l'atelier : "La parole qui guérit".

    Et le danseur devient le dansé ...

All Posts
×